•  

     

    La sentinelle du Rocher , oh gué oh gué !!

     

     

    Il était là, à guetter on ne sait quoi, dans sa guérite,

     

    avec ses drôles de fringues, semblant nous narguer avec orgueil.

     

    Le flingue à la ceinture, pour l’instant, les yeux un peu blagueurs..

     

    Une longue écharpe qui tangue au vent, au dessus de lui,

     

    sur son abri de guerre, tout blanc , comme naguère !

     

    Oh gué Oh gué !!

     

    On l’avait relégué là, ce mec bègue, sans aucune vigueur,

     

    un peu largué, la gueule rugueuse qui aurait besoin d’un onguent

     

    comme le matelot de retour de bringue qui navigue, peut en avoir besoin,

     

    au retour d’un voyage dingue et interminable.

     

    La pauvre, on l’aurait cru drogué tant il semblait divaguer de fatigue.

     

    Il n’était guère homme à draguer avec sa tête de guenon ,

     

    malgré sa taille de guêpe et son odeur de muguet des bois ..

     

    Oh gué Oh gué !!

     

    Il avait plutôt une tête à se trouver à la morgue, comme un gueux

     

    qui n’a jamais guéri d’un mal de langue.

     

    A côté de lui, posée, une Gueuze, au surnom évocateur de mort subite !

     

    Elle ne devait pas être la première, vu la langueur vacillante du gus qui sort

     

    d’avoir élaguer sur les hauteurs, mal assuré et sans rigueur !

     

    Pareil à une figue déconfite, le pauvre n’est pas en voie de guérison ..

     

    Son cerveau mal irrigué, les yeux dans le vague à présent, l’air d’un fugueur aux aguets

     

    qui a trop dansé la gigue et s’apprête à voguer d’ivresse !!

     

    Dans quel guêpier s’est fourré le gars ?

     

    Le pauvre mec bègue !

     

    Empêtrés dans ses guêtres léguées par le Rocher, il semblait en guenilles pourtant.

     

    Tout cela, car il sortait de ginguette avec la belle de jour ,

     

    une fougueuse dévoreuse de jeunes pousses de caleçon !

     

    Elle s’était déguenillée pour lui, à peine, avait il avait brigué sa compagnie..

     

    Elle venait de larguer son copain zingueur aux bagouzes d’or, trop longuet

     

    à la détente et puis ce n’était qu’un ancien collègue et en plus, il schlingue disait elle !

     

    Le mec, il pense qu’il aurait mieux fait de rester géologue dans sa garrigue natale

     

    à dialoguer avec la nature et passer les gués en sifflotant !

     

    On ne le reprendrait plus à intriguer de la sorte,, pour se retrouver guetteur

     

    de quelques foldingues, prêts à divulguer la moindre info du Rocher.

     

    Oh gué Oh gué !!

     

    Il avait été subjugué par ce métier, après avoir vu le reportage sur la Madrague,

     

    où se côtoyaient les sentinelles  et les célébrités du Rocher..

     

    Mais rien ne lui sert d’épiloguer de la sorte, il devait rester dans son exigüe guitoune.

     

    Il espérait à nouveau déguerpir de là, il avait postuler sur le blogue

     

    du Rocher, avec fougue,  comme garde du corps de la princesse..

    Oh gué Oh gué !!

     

     

    Oh gué Oh gué !!

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    Souffrances

    Ecrit en 1999 , quand j'ai appris mon cancer du sein..

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique